Les 20 ans de Swisslinx: Une interview avec notre associée Caroline Ruedin

Date de publication : 18 March 2021

Swisslinx fête ses 20 ans cette année. C’est pour nous l’occasion d’échanger avec certaines des personnes qui ont aidé Swisslinx à devenir l’entreprise qu’elle est aujourd’hui. 


Après avoir emménagé en Suisse en 1993 avec son diplôme en poche, Caroline Ruedin a travaillé pour le cabinet de recrutement Interskill. C’est là qu’elle a développé non seulement un ensemble de compétences qui lui serviront tout au long de sa carrière, mais aussi une compréhension globale du secteur du recrutement en Suisse. Voici son histoire : 


« J’ai commencé par des tâches de base, ce qui m’a appris les fondamentaux du recrutement. » 


Au cours de ses huit années passées chez Interskill (qui appartient maintenant au Groupe Adecco), Caroline a pu appréhender plusieurs fonctions du secteur. Elle a fait son chemin sur des postes de back office, recherche, gestion de comptes, gestion des ventes et développement commercial pendant cette période chez Interskill, en travaillant avec des clients dans toute l’Europe et en attirant des candidat(e)s internationaux en Suisse. À cette époque, la délocalisation était un processus beaucoup plus complexe, avec des permis de travail et des réglementations qui compliquaient le recrutement de talents. Ayant acquis une compréhension profonde de chaque aspect des prestations de service pour les candidats et les clients, ainsi que des différences culturelles dans la gestion des entreprises entre la France, la Belgique, les Pays-Bas, l’Italie et le Luxembourg, Caroline était prête pour son prochain défi : co-fonder Swisslinx.  


« Nous voulions créer une entreprise profitable, mais aussi capable de fournir un haut niveau de service à ses parties prenantes. » 


L’idée à l’origine de Swisslinx venait de l’envie de créer un cabinet de recrutement orienté vers la qualité plutôt que vers les KPIs, les cibles et les profits, un cabinet qui se concentrerait sur le meilleur service possible pour les clients et les candidats et dont la croissance serait organique grâce à ce service d’excellence. Ce focus sur le service manquait à l’époque au secteur du recrutement en Suisse, mais aussi sans doute en Europe. Caroline était consciente de la marche à franchir pour atteindre le niveau de service qu’elle et ses associé(e)s envisageaient. Mais leurs expériences conjointes en conseil et en recrutement leur permettaient de disposer des compétences et connaissances nécessaires pour y arriver.  


« Les premières années, notre objectif de résultat était très simple ». 


Les premiers temps, Swisslinx s’est concentré entièrement sur le recrutement en informatique basé à Zurich, qui était la région la plus importante pour le secteur informatique. Tout en se concentrant sur les secteurs de la banque et de la finance, tout a dû être créé de zéro : développer les contrats, les supports marketing et tout ce dont une startup a besoin. Sans appui financier extérieur, Swisslinx a été financé par ses associés et il a fallu attendre six mois avant que ceux-ci puissent se verser une rémunération ou embaucher des salariés. Avec le recul, Caroline raconte que c’était une période intense de sa vie, mais très satisfaisante, car la croissance organique a rapidement suivi et l’équipe a pu se développer.  


« Avoir tenu tête à des concurrents qui sont des marques internationales pour pouvoir devenir le prestataire privilégié de nombreuses entreprises est l’une de mes plus grandes satisfactions avec Swisslinx ». 


En plus d’avoir maintenu la croissance pendant 20 ans, Caroline explique que sa plus grande satisfaction a été de devenir le prestataire privilégié de nombreuses grandes entreprises comme Roche, UBS et Crédit Suisse, face à de grandes marques internationales pour établir Swisslinx comme un acteur clé du marché. L’ajout de nouveaux services a également été un succès, Swisslinx se diversifiant vers des recrutements hors informatique sur le secteur de la finance et des affaires, ainsi que le développement des secteurs Matières premières et Ressources naturelles, réassurance et santé et sciences de la vie.  


« Nous avons assisté à tellement de changements dans notre secteur ces 20 dernières années ». 


Caroline peut témoigner de nombreuses évolutions au cours des 20 ans qu’elle a consacrés à développer Swisslinx, de l’implication des candidat(e)s à la manière de trouver et de conquérir de nouveaux clients. Ce qui ressemblait avant à un processus assez linéaire est maintenant très différent, avec davantage de médias et d’interfaces utilisés pour les affaires.  


L’un des changements les plus importants se trouve dans la manière dont les candidat(e)s recherchent un emploi. Auparavant, les candidats menaient leur recherche. Or ce sont maintenant les recruteurs qui doivent activement rechercher des candidats. Ceci a été largement influencé par l’arrivée des sites d’annonces d’emploi, des médias sociaux et des plateformes professionnelles, donnant l’accès à un très grand nombre d’offres et d’employeurs pour les candidat(e)s. Les conditions de marché ont mis plus de pression sur le processus de recrutement et Caroline pense qu’il serait beaucoup plus difficile d’entrer sur ce secteur et d’être compétitif maintenant qu’il y a 20 ans. On s’attend aujourd’hui à ce que les cabinets de recrutement réinventent leurs procédures et leurs stratégies marketing, en tenant compte de beaucoup plus de facteurs et en avançant beaucoup plus vite qu’il y a 20 ans. Caroline compte sur son équipe dynamique et énergique pour s’adapter à ses changements et travailler vers une culture du recrutement devenue plus transactionnelle.  


« Je suis si fière du développement professionnel et personnel de notre équipe ». 


Swisslinx prend soin de ses employé(e)s et encourage un environnement basé sur la responsabilité, la confiance et la fidélité. Grâce à cela, l’équipe est soudée et fonctionne comme une famille, avec un faible niveau de lassitude, la plupart des membres de l’équipe ayant travaillé dans l’entreprise pendant plus de 10 ans. Caroline tire un grand plaisir des progrès et du développement des membres de son équipe, ainsi que des retours positifs que cela engendre de la part des client(e)s et des candidat(e)s. Swisslinx a construit une excellente réputation et est resté totalement indépendant, ce qui est rare pour une société de cette taille sur ce marché. 


« Notre culture de l’attention guide notre manière de travailler avec nos candidat(e)s et nos client(e)s ».


L’équipe Swisslinx est censée traiter chaque personne avec respect, soin et fournir le meilleur service possible. Les standards éthiques en place sont élevés, avec une valorisation de l’honnêteté et de la transparence dans toute l’entreprise. La formation que suivent les membres de l’équipe est très complète, avec du coaching et du mentorat pour développer des compétences professionnelles et s’assurer que tout le personnel délivre un haut niveau de service de manière constante. 


« Nous avons une très grande aptitude à répondre à chaque mission qui nous est confiée ». 


Swisslinx est fier de sa capacité à tenir ses engagements. Que ce soit pour des client(e)s ou des candidat(e)s, Caroline explique que l’expérience de l’équipe, ses connexions et sa connaissance du marché signifie qu’ils peuvent répondre même aux demandes les plus complexes. L’un des avantages concurrentiels de la société est sa capacité à sourcer des compétences et des talents extrêmement pointus. Caroline a confiance dans le fait qu’ils peuvent répondre à toutes les demandes, même les plus ardues. 


« Je me réjouis d'une croissance et d'un développement qui resteront constants ». 


Avec 20 années derrière elle, Caroline envisage le futur de Swisslinx avec une croissance continue à la fois des résultats et de l’équipe. En savoir plus sur l’histoire de Swisslinx ici ou faire la connaissance d’autres membres de l’équipe.

Comment la technologie impacte-t-elle la santé et les sciences de la vie ?

L’impact des technologies numériques est ressenti dans presque tous les secteurs à travers le monde, la santé et les sciences de la vie ne faisant pas exception. Avec l’accélération des progrès technologiques et la chute spectaculaire des coûts logiciels et matériels, le rôle de la technologie dans la santé augmentera forcément dans les années à venir. Alors quels domaines devons-nous nous attendre à voir croitre dans le secteur de la santé et des sciences de la vie ?  Quel impact l’intelligence artificielle aura-t-elle sur la santé et les sciences de la vie ?  L’IA représente un potentiel énorme pour le secteur de la santé et des sciences de la vie, avec l’apprentissage automatique bien placé pour radicaliser les pratiques du marché. Des machines de plus en plus intelligentes peuvent accéder à, interpréter et traiter des données de R&D précédemment en silo, permettant une personnalisation plus importante dans tout le secteur.  Cela permet aux chercheurs de mieux comprendre les informations biologiques et de développer des thérapies plus ciblées et efficaces. Nous pouvons nous attendre à voir l’automatisation jouer un rôle plus important dans la découverte de médicaments et les procédures de développement, avec des machines intelligentes qui apprennent à accomplir des tâches intellectuelles de routine afin de libérer les experts humains pour le travail à plus haute valeur ajoutée. L’automatisation peut être utilisée pour certaines phases clés, telles que les hypothèses à cibler ou les cibles à atteindre, plus rapidement et en économisant du temps et de l’argent pour les entreprises en sciences de la vie.  Nous avons déjà vu des chercheurs d’Oxford développer l’IA pour diagnostiquer des maladies du cœur ou des cancers du poumon à partir d’imageries, et des appareils connectés utilisés au domicile de patients pour transmettre des données à leur médecin, permettant des suivis plus efficaces et des interventions plus rapides.  Impact global de la blockchain sur les sciences de la vie et la santé  L’utilisation de la blockchain en sciences de la vie et santé peut mener à une collaboration, une traçabilité, une confiance et un contrôle améliorés, selon Deloitte. Le partage des données et les technologies de validation pourront concerner des fonctions, telles que les essais cliniques, la gestion des réclamations, la gestion de la chaine d’approvisionnement et les transactions financières.  La blockchain aura également un impact sur le traitement des identités, permettant aux dossiers de santé électroniques d’être combinés derrière un patient unique dont les données sont partagées dans tout le système sans perdre la confidentialité et la sécurité. Cela donnera un accès complet pour les patients à toutes leurs données et introduira un système moins fragmenté de suivi des informations réparties entre plusieurs prestataires. La blockchain peut fonctionner en complément d’autres technologies, comme les objets connectés portables, afin de recueillir de manière sécurisée des informations médicales de patients en temps réel, horodatées puis figées. La blockchain a un potentiel énorme pour rationaliser et améliorer les communications à travers l’ensemble de l’écosystème des sciences de la vie et de la santé, mais cela repose sur l’adoption et la confiance des parties prenantes, incluant les professionnels de la santé, les concepteurs de médicaments et les patients.  Les avantages de la réalité virtuelle et augmentée pour la santé et les sciences de la vie Les réalités augmentée et virtuelle ont de nombreuses applications pratiques dans les sciences de la vie, surtout lorsqu’il s’agit de permettre aux patients et aux professionnels de visualiser et de donner vie à des situations dans un décor « réel ». Les outils immersifs de RA et RV vont déjà plus loin que le simple jeu, vers des applications plus pratiques et progressives.  Les technologies RA et RV permettront d’explorer des scénarios de simulation et de pratiquer de nouvelles techniques en réalité numérique. Du point de vue du consommateur, la réalité numérique peut être utilisée pour aider les patients à effectuer des exercices et des programmes de thérapie dans le confort de leur domicile. Par ailleurs, ces technologies peuvent aider les chirurgiens à préparer et à effectuer leurs opérations.  C’est le cas de l’entreprise allemande ApoQlar, qui a développé un outil de chirurgie virtuelle pour restituer des images d’IRM et de TDM en 3D.  Alors, qu’est-ce que cela signifie pour les candidats ?  L’innovation technologique commence déjà à toucher tellement de domaines de la santé et des sciences de la vie qu’il est clair que toute personne qui travaille ou souhaite travailler dans ce secteur doit avoir envie de s’adapter pour tenir compte des développements numériques. Faites progresser votre carrière dans la santé et les sciences de la vie. Contactez-nous pour savoir comment nous pouvons vous aider ou consultez nos dernières offres Ici. 

EN SAVOIR PLUS

Faire des affaires à Zurich : les tendances à surveiller

Depuis sa nomination comme ville la plus durable du monde en 2016, Zurich ne s’est pas reposée sur ses lauriers en continuant à prospérer en tant que ville où il fait bon vivre et travailler. Les facteurs sociaux, environnementaux et économiques qui ont permis cette récompense existent depuis longtemps à Zurich, mais ils ne sont pas apparus par hasard.  Avec le désir de maintenir sa réputation de « centre de la vie économique et de l’éducation » (comme le formule le site touristique officiel myswitzerland.com), l’investissement dans les infrastructures locales reste soutenu, tout en tenant compte des impacts environnementaux. La ville est l’une des moins génératrices d’émissions et consommatrices d’eau en Europe.  Pourquoi Zurich attire-t-elle les entreprises et les personnes ?  Régulièrement classée deuxième derrière Londres pour la compétitivité de son centre financier, Zurich pourrait bénéficier des incertitudes liées au futur du Royaume-Uni.  Abritant déjà 10 des plus grandes sociétés financières mondiales, les hubs d’ingénierie de géants de la technologie et le secteur des gigantesques centres de données, la ville a vu émerger un ensemble de startups locales qui ont attiré des talents parmi les 60 000 étudiants déjà installés. Alors que certains seront attirés par des entreprises établies de longue date, d’autres saisiront la chance de rejoindre des projets nouveaux et enthousiasmants, devenus aussi attractifs aujourd’hui pour les étudiants.  Zurich propose le meilleur de ces deux mondes. Le taux de chômage de Zurich est faible à 3 %, au niveau de la moyenne nationale, plus faible que ceux de Bâle (3,6 %) et Genève (4,9 %) et bien meilleur que la moyenne européenne à 6,8 %. L’organisation économique est capable d'y faire face, même si plus de personnes souhaitent s'y établir !  Un aménagement urbain judicieux 68 % des 425 000 habitants de Zurich sont en âge d’être actifs. C’est 2 % au-dessus de la moyenne nationale en Suisse et 3 % au-dessus des moyennes européennes. Les écarts peuvent paraitre faibles mais, dans une ville dont la population s’accroit de 1,8 % par an ces dix dernières années, on peut penser que cette ville en croissance dispose d’un espace limité pour s’étendre.  Dans d’autres régions, cela aurait pu conduire à un cauchemar logistique, l’urbanisation à outrance ayant pour effet d’augmenter le coût du logement, mais Zurich n’est pas n’importe quelle ville. Le service de planification de la ville de Zurich a identifié cette tendance bien avant qu’elle ne devienne un problème, en mettant en place une politique volontariste pour mieux utiliser les sites industriels abandonnés et en faire des studios et des salles de répétition.  Cela a été l’objet de développements importants sur Zurich-Ouest, où les anciens bâtiments abandonnés deviennent des espaces vivants dédiés à l’art contemporain. Des containers rénovés sont devenus des espaces de vente éphémères et les petites rues sombres et arches de chemin de fer abritent maintenant les cafés et les restaurants les plus recherchés de la ville.  Servir de rampe de lancement  Bien que Zurich soit la ville de nombreuses organisations financières importantes comme UBS, Crédit Suisse, Swiss Re et les assurances Zurich, elle devient de plus en plus connue pour son environnement propice aux startups.  Des quartiers comme le 5e arrondissement sont l’endroit parfait pour le coworking. Les nombreuses rencontres, conférences technologiques et les incubateurs d’entreprise ont contribué à alimenter l’activité florissante des startups. Proches de ceux qui prennent les décisions financières, certaines de ces entreprises pourront sortir du modèle startup d’ici quelques années. On ne sait pas encore lesquelles, mais elles sont plusieurs sur les rangs.  Bien sûr, les chats ne font pas des chiens, et dans le secteur de la finance, des entreprises comme Advanon et Wefox tentent de bousculer les normes traditionnelles du secteur. Du côté médical, on est sans doute plus actif lorsqu’il s’agit d’innovation, avec Ava devenu un service vital pour les femmes à travers le monde et Versantis, Xeltis et Cutiss, fortes dans les domaines pharmaceutiques et de dispositif médical. Que ce soit avec Selfnation pour la mode, ComfyLight pour la sécurité domestique, Nezasa pour le voyage ou Beekeeper pour la communication avec ses employé(e)s, chaque recoin de la ville abrite une pépite potentielle.  Toutes les entreprises qui se demandent où baser leur siège social devraient envisager Zurich en haut de leur liste. Faites évoluer votre entreprise avec Swisslinx  Spécialistes du recrutement proposant des solutions en Suisse et à l’international, nous sommes fiers de notre avance sur les sujets technologiques et les tendances de recrutement. Basés à Zurich, nous sommes les partenaires actifs des nouvelles startups et des grandes entreprises de la ville, et nous nous appuyons sur un réseau robuste de candidats compétents et approuvés, prêts à marquer ce secteur de leur empreinte. En savoir plus sur ce que nous proposons. 

EN SAVOIR PLUS